• Ovnis en Texte

     

    Abécédaire

     

    La Mise à Jour de la Rubrique Texte est Progressive - Saisie en Cours

  •  

    Bagnoles - de - L’Orne (61) - 31/05/2015  - Minuit 

    Ballet Aérien des Spots Ovnis

     

    « Bonsoir, j'habite à Bagnoles-de-l'Orne. Il est minuit et je vois dans le ciel des centaines de points lumineux blancs et rouges, qui flashent et se déplacent à grande vitesse au-dessus de chez moi. Ce n'est pas une blague. Je regarde le ciel tous les soirs mais je n'ai jamais vu ça. Les points ont la taille d'un demi millimètre (!? Grepi), mais ceux de couleur orange paraissent un peu plus gros. Grâce au clair de lune, il me semble distinguer de la fumée. Leur altitude doit être assez élevée. Ils se déplacent seuls ou en groupe très rapidement. J'ai du mal à les suivre du regard. Certains points disparaissent puis réapparaissent cinq secondes plus tard. Les points blancs sont constamment en mouvement, tournent et virent à toute vitesse. Les points orange, eux, restent sur place puis, d'un coup, traversent le ciel. Voilà ce que j'observe actuellement. C'est très surprenant. Malheureusement, des nuages s'approchent et je ne verrai plus rien dans quelques minutes. Gaël (Orne - France) ». 01 Témoin. Source : Grépi lundi 01 juin 2015. http://grepi.blogspot.fr/

     

     

     Retour  Tête de Module

    Retour Page d'Accueil

     


  •  

    L’Aigle (61) - 15/12/2003 - 16 h 30

     Un Triangle Invisible 

     

    « Je suis sorti prendre un peu l'air et fumer une cigarette. J'ai commencé par entendre un léger vrombissement, le son semblant venir de l'arriére, je me suis donc retourné, il n'y avait rien. Quelque secondes plus tard j'avais comme la sensation que quelque chose arrivait vraiment par l'arrière et en me retournant la seconde fois, plus de doutes, un objet visiblement de forme triangulaire planait silencieusement dans les airs. Il y avait 3 lumieres blanches qui pulsaient à chacune de ses extrémités. Au centre j'ai distingué 2 lumières rouge, une plus grosses jaune et il y avait encore 2 plus petites blanches qui pulsaient également en synchronisation avec celles des extrémités. Durée de la visibilité environ 2 minutes, l'objet a disparu à l'horizon. » 01 Témoin. Source : Les Ovnis en France.

     

     Retour  Tête de Module

    Retour Page d'Accueil

     


  •  

    Broglie (27) - 17/11/1996 - entre 01h30 et 02h

    Voitures "folles"

     

    L'incident concerne une automobiliste française, Mme Stéphanie Tahon.

    Le 17 novembre 1996, après un court séjour en Normandie, elle revient vers la région parisienne au volant de sa voiture en compagnie d'un ami.

    Il est entre 1h30 et 2h du matin. Sur la route de Broglie, près de Lisieux, en direction de Paris, à la sortie d'un rond-point, le véhicule entre dans un banc de brouillard.

    Au rond-point suivant, une voiture blanche est remarquée sur le bas-côté de la route.

    Mme Tahon et son passager décident de refaire le tour du rond-point pour voir si quelqu'un est blessé dans ce véhicule. En dépassant la route vers Paris les deux témoins distinguent sur celle-ci deux autres voitures à l'arrêt disposées comme si elles voulaient bloquer la circulation.

    Ce sont deux automobiles très basses de type modèles américains 1950. De plus, elles semblent entourées d'un halo blanc.

    Puis les témoins parviennent de nouveau à l'endroit où la voiture blanche se trouvait, pour constater qu'en fait il n'y a personne à l'intérieur.

    Ensuite, quand ils se rapprochent prudemment de la route qui conduit vers Paris, c'est pour constater que les deux voitures ont disparu, ce qui les soulage grandement.

    Très choqués, ils poursuivent leur route avec lenteur, car le brouillard est toujours présent.

    Au bout de dix kilomètres, Mme Tahon aperçoit tout à coup dans son rétroviseur une voiture noire qui arrive à une allure folle, entre 200 et 300 km/h, avec deux phares ronds très puissants, de couleur jaune.

    Ce nouveau venu double la 205 mais avec deux changements de direction anguleux, aberrants, car impossibles à réaliser surtout à cette vitesse énorme.

    Lors du dépassement aucun bruit n'a été entendu.

    Autre chose, quand les deux témoins ont vu les deux voitures, ils ont éprouvé la sensation "d'une étrange sérénité" et que "le temps était figé".

    L'enquêteur affirme que Mme Tahon lui a fait une très bonne impression, d'autant que durant son récit elle est restée calme, lucide et objective.

    Sources : Enquête Joël Mesnard, sur une information de Mme Astrid Fournier abonnée à LDLN, cf. LDLN n°371, février 2004, p.35.  Et Jean Sider : La grande mystification 1/ Mystification et polymorphisme du phénomène Ovni, p.192.

      https://www.youtube.com/watch?v=1qLRGiBTbHc&feature=share&fbclid=IwAR3W9hxLMlnsI37drae6Ik6Ywecg4zyiN62NdydCEhSB0iHdCClP1i3qseE

     

     

    Les "Rêves Éveillés" ou les Cratophanies Multidimensionnelles

     

    Commentaire de Guillaume Chevallier du 22/08/2020 :

    La scénographie de cette Rencontre Rapprochée peut s’interpréter selon la logique onirique, où les véhicules automobiles sont une représentation/transposition de personnes en tant qu'êtres animés.

    La navigation dans le brouillard plante le décor du monde des rêves, qui est intemporel (ressenti du temps figé).

    Cette Rencontre Rapprochée semble s’adresser au Témoin Principal.

    Première Phase & Première Représentation

    Mme Stéphanie Tahon, est confrontée à sa propre destinée dans la vision de la « Voiture Blanche » sortie de la route, et qui l’incarne, elle-même, dans ce « Rêve Éveillé », où elle pressent ou imagine un péril (personne blessée dans la voiture blanche).

    Ce ressenti est si fort qu’elle décide de s’en assurer en revenant sur ses pas (tour supplémentaire du Rond-Point), et aperçoit alors un « Couple de Voitures », de Type Américaines des années 1950 « auréolées », qui paraissent ou voudraient lui barrer la route dans sa progression.

    Ce « Couple  de Voiture » est, peut-être, la représentation/transposition du « Couple de Personnes » qu’elle forme à ce moment-là, avec son Ami qui l’accompagne, vers la Région Parisienne.

    Quoi qu’il en soit, elle et son passager sont soulagés, car dès l’instant qu’ils constatent qu’aucune personne n’est blessée dans la voiture blanche,  le « Couple de Voitures » qui les inquiétait s’est évanoui, par la même occasion, & comme par enchantement.

    La simultanéité des deux constatations suggère fortement, un lien de cause à effet, augurant une solution heureuse avec la disparition du Couple Voitures/Personnes.

    Deuxième Phase & Deuxième Représentation

    Choqué, le couple continue sa progression prudente dans le brouillard sur environ 10 km, avant d’être rattrapé par une Voiture Noire, équipée de deux puissants phares jaunes, qui double leur 205, à une vitesse qui a été estimée entre 200 à 300 km/h par les témoins, et en effectuant une double chicane anguleuse, impossible à réaliser à cette allure, dans le brouillard & le plus grand silence.

    Que peut signifier cette nouvelle « Voiture Noire » dans la logique interprétative des rêves ?

    Sans doute la Personnalisation du Couple, représenté & imagé par les « Deux puissants phares jaunes » les entrainant ainsi vers un « Mystérieux Destin Caché » (sombre = inconnu = occulte = dissimulé) symbolisé par la Couleur Noire.

    Que conclure ?

    Le « Couple de Voitures » Américaines des années 1950 « auréolées », typique de celles des Men-In-Black, (ou MIB = Créatures Polymorphes Endo-Exogènes), symbolise le « Rêve Américain » idéalisé.

    La Clef de cette Rencontre Rapprochée, est probablement à rechercher dans cette « American Way of Life » sacralisée (ou « auréolée »), du « Consumérisme Matérialiste » ou Idéologie Mondialiste, qui, au fil du temps, s'est imposée comme voie de progression unique offerte à la Société Humaine.

     

     

     

      Retour  Tête de Module

    Retour Page d'Accueil

     


  •  

     

    Merville - Franceville - Plage (14) - 23/06/1987 - 22 h 30 / 23 h

    La Mécanique Céleste

     

    Comme il a l’habitude de la faire le Témoin M. R. C. , 31 ans, employé de camping, se promène sur le chemin de la Baie de l’Orne en direction du Port Nautique, lorsque ayant dépassé le Camping de Carolus, il observe, pendant environ 5 mn, dans le ciel nocturne deux phénomènes lumineux évoluant silencieusement au-dessus de la Forêt de Franceville. Deux sphères ovoïdes lumineuses, de couleur blanc ivoire, de 3 mm sur 2 mm en grandeur apparente, tournant simultanément, mais chacune en sens inverse, sur une même trajectoire parfaitement circulaire, qui lui apparaissent parfaitement délimitées et visibles sur le fond des nuages gris, dont le plafond est assez bas et dans lequel elles évoluaient sensiblement. La trajectoire formait un Cercle de 1 cm ½ en grandeur apparente. Les deux ovoïdes se croisant régulièrement sur la même trajectoire semblaient se confondre en se superposant l’un sur l’autre. L’ensemble finit par disparaître en dérivant à la vue du Témoin masqué par les Broussailles et la végétation des Dunes surplombant à cet endroit le chemin de la Baie de l’Orne. Le Témoin a déjà observé le même phénomène en Mars & Juin 1986 dans le même secteur de la Baie de l’Orne. 01 Témoin. Enquête : Génpi.

     

     

    Longny- au - Perche (61) - 16/12/1987 - 06 h 45

    La Porte de Lumière

     

     

    Le matin du 16 décembre 1987, M. L., qui avait rendez-vous dans la ville voisine, s'était levé un peu plus tôt que d'habitude, mais c'est en fait un bruit inhabituel qui l'avait réveillé, vers 06 h 45 : un ronronnement régulier, qu'il compare à celui d'un générateur électrique tournant à régime constant. Entre 07 h et 07 h 05, il se leva et vint aussitôt à une fenêtre donnant sur le sud-est. Le spectacle lumineux qu'il découvrit alors, à 250 m de distance environ, l'étonna au plus haut point. "Les bras m'en tombèrent", dit-il. AZu-dessus d'un chemin goudronné, immobile à environ 01 m de la chaussée (en pente légère à cet endroit), un rectangle de lumière blanche, haut d'environ 4 à 5 m et long de 8 ou 9 (estimation de l'enquêteur à 4 m de hauteur et à 10 m de longueur), très lumineux dans sa partie inférieure, éclairait les environs, dans un rayon de près de 200 m. On distinguait tous les détails du paysage. La chose a été perçue comme "un rectangle", c'est-à-dire une figure plane, située dans un plan vertical, une sorte d'écran lumineux. Que fit M. L. ? Il observa ce spectacle, pendant trois minutes environ. Son étonnement était tel qu'il ne pensa pas à réveiller son épouse. Soudain, deux silhouettes apparurent, près du coin inférieur gauche de l'objet. Elles avaient une taille "normale" et se déplaçaient l'une derrière l'autre, vers la gauche et vers le bas, le mouvement des jambes suggérant que les deux personnages descendaient un escalier (qui ne fut pas lui-même observé). Ces deux silhouettes, d'apparence humaine, semblaient vêtus de combinaisons d'un vert kaki sombre, avec capuche enserrant le tête. M. L., qui a été mécanicien dans l'armée de l'Air (sur mirage IV), insiste sur le fait que ces combinaisons ressemblaient beaucoup à celles que portent, par mauvais temps, les mécaniciens de l'armée de l'Air. Dès qu'ils arrivèrent au niveau du sol, ces deux personnages continuèrent à marcher vers la gauche, c'est-à-dire en s'éloignant de l'objet, mais aussitôt le rectangle se mit en mouvement, en sens inverse, au-dessus du chemin goudronné. L'unique source de lumière s'éloignant d'eux, les deux personnages disparurent aussitôt à la vue du témoin, dansl'obscurité ambiante. M. L. affirme qu'ils ne sont pas remontés dans la chose, qui s'est mise en mouvement dès qu'ils eurent mis pied à terre. Le témoin vit le "rectangle" défiler vers sa droite, prenant lentement de l'altitude au(dessus du chemin goudronné et accélérant jusqu'à atteindre une vitesse de 150 ou 200 km/h au moment où il allait sortir du champ de vision offert par la fenêtre. M. L. se précipita vers un vasistas d'où l'on peut regarder vers le sud-ouest, pensant observer le départ de la chose. Il arriva trop tard : il n(y avait plus rien. Lors du départ, l'objet avait continué à émettre le même ronronnement qu'à l'arrêt. Tout d'abord, le fermier habitant tout près (à moins de 100 m) du site d'atterrissage, observant ce matin-là vers sept heures, la clarté qui filtrait à travers les interstices de ses volets, s'était étonné qu'il fît jour si tôt, à tel point qu'il crut tout d'abord que son réveil retardait. D'autres fermiers, habitant non loin de là, constatèrent qu'à partir de ce moment-là, leur radioréveil était détraqué. Enfin, une dame du voisinage assura à M. L. qu'elle avait observé quelques années plus tôt, à peu près au même endroit. Sur le site du quasi-atterrissage, le témoin ne remarqua aucune trace qu'aurait pu laisser le phénomène. 02 Témoins. Source : LDLN N° 295.

     

    Granville (50) - 28/03/1987

    Un Phénomène Inconnu

     

    30 mars 1988 : Radio-Manche (100,5 MHz), de Saint-Lô,diffuse à 8 h 44 l'information suivante : Lundi soir 28 mars, un phénomène lumineux étrange a été observé durant plusieurs minutes, autout de la maison d'un habitant de Granville. Source : LDLN N° 293-2944.

     

    Trun (61) - 06/09/1988 - 23 h 

    Le Témoin Observé

     

     Un premier témoin circulant en voiture observe 1 objet en forme de tonneau avec des ailerons qui survole la route à vive allure. L'objet dépasse la voiture puis fait demi-tour pour stationner au-dessus de celle-ci. Le témoin est effrayé et éteint ses phares, ce qui semble provoquer le départ de l'objet. Celui-ci a une taille estimée entre 10 à 15 m d'envergure et de couleur orange. Il se déplace sans bruit. Le lendemain 7 septembre et le surlendemain 8 septembre, le même témoin fait la même observation mais l'objet se trouve beaucoup plus haut dans le ciel. Il prend alors des photographies de l'objet. Le témoin alerte 3 de ses voisins qui constateront également le phénomène les 6, 7 et 8 septembre. Le phénomène restant plus ou moins stationnaire a été observé durant près de 1 h 30. Bien que les descriptions faites puissent faire penser à un ballon dirigeable, ni les photos inexploitables, ni l'enquête n'ont permis de déterminer la nature exacte de l'objet observé. 04 Témoins. Sources : OVNI 61 - Orne.

     

    Yvetot (76) - 30/07/1981

    Objet Fixe

     

    Jeudi 30 juillet 1981, à Yvetot, Seine Maritime, deux témoins devant leur habitation aperçoivent un phénomène lumineux dans le ciel. Ils appellent aussitôt leurs voisines et la gendarmerie. Tous constatent la présence à très basse altitude d'un objet circulaire de couleur claire, d'environ 30 ou 40 cm de diamètre. Cet objet fixe sera observé durant une heure puis les gendarmes feront la même observation dans une autre commune. Aucune trace ne sera relevée sur le sol ou sur les habitations environnantes et aucun fait particulier concernant l'attitude des animaux du secteur n'a été porté à la connaissance des gendarmes. Plusieurs Témoins. Source : RRO.

     

    Aubigny (14) - 20/05/1989 - vers 02 h 10

    Ovni en Famille

     

    Frédéric Raullier, qui est astronome amateur, raconte : "Revenant d'un repas de famille, j'allais scruter le ciel une dernière fois, avant de me coucher. A ma grande stupéfaction, je découvris entre deux arbres une énorme boule rouge : elle était immobile au-dessus d'un arbre, mais devait en réalité se trouver nettement plus loin que celui-ci. Je songeais tout de suite au phénomène OVNI. J'appelais mes parents. Ma mère arriva, suivie de mon père. Lorsqu'ils arrivèrent, l'objet commençait à s'éloigner lentement. Récapitulation de l'observation : 1re phase : l'objet reste immobile, pendant 8 ou 9 secondes. 2è phase : l'objet se met à bouger lentement, à vitesse constante, durant une minute ou une minute et demie. Caractéristique de l'observation :  Jour et heure : 20 mai 1989, environ 2 h 10 (heure légale). C'était lelendemain de la pleine lune. Couleur de l'objet ; rouge orangé. Grosseur : un demi degré. Magnitude : environ - 5. Bruit : aucun. Luminosité : constante. Direction d'observation : vers l'est-sud-est. Hauteur au-dessus de l'horizon : environ 35°. 03 Témoins. Source : LDLN N° 198.

     

    Rouen (76) - 21/07/1989 - vers 23 h 15

    Deux Oranges-Citrons

     

    Mme L., 37 ans vit, du dixième étage d'une tour située à Rouen dans le quartier de la Grand-Mare, en direction de Saint-Martin du Vivier deux boules-oranges entourées d'un halo jaune. Ce phénomène se situait assez bas sur l'horizon, au-dessus d'un champ, près d'une forêt. Ces deux boules se déplacèrent l'une derrière l'autre, puis disparurent sur place, comme une lampe qu'on éteint. La distance d'observation est de l'ordre de 3 à 5 kilomètres. 01 Témoin. Source : LDLN N° 299.

      

    Brix (50) - 26/10/1989 - 01 h / 02 h

    Crasch Radioactif

     

     Ovnis & Radioactivité en Normandie à Brix (50) 25 et 26 Octobre 1989

    En France, le Géipan à la "Demande" des Autorités Militaires, renseigne des Représentants de la Défense Nationale sur les Rentrées Atmosphériques de Nature Satellitaire Terrestre, ou Autres, de Nature Extraterrestre.

     Il intervient aussi prioritairement sur les  Incidents de ce Type, comme l'Affaire du "Trou Normand" ... (qui a été investiguée à l'époque par le Sépra : ancêtre du Géipan) ... survenue dans la nuit du 25 au 26 octobre 1989 à Brix (50) dans la Manche - France, au lieu-dit "La Rade".

     Cette nuit-là M. Bigot est réveillé à deux heures du matin par les grattements du chien sur la porte, dehors. En ouvrant à l'animal, il est surpris par une forte lumière blanche, d'aspect conique, qui semble survoler les champs, à l'est de sa maison. Cette lueur ne dure que quelques secondes, et M. Bigot, quoique surpris, n'y attache pas plus d'importance ; il décide de se recoucher.

    À cette même heure, M. Hervieux (notaire en retraite), de Brix, à quelques kilomètres de là, est réveillé lui aussi, mais cette fois par une forte sonorité qui lui rappelle le bruit "d'un moteur en décélération".

    Le lendemain matin M. Hébert découvre dans son champ (où M. Bigot vit la lumière) une large trace, ... (LDLN N°299).

    De son côté, entre 01 h et 02 h du matin, étant sorti pour assouvir un besoin naturel, où M. Hébert a vu le passage d'un phénomène de traînée lumineuse au-dessus de sa propriété, avant de faire, un peu plus tard dans la matinée, la découverte consécutive de plusieurs traces carbonisées au sol, contaminées par la présence d'Isotopes Radioactifs, & la disparation de 06 à 10 mètres cubes de terre (cette Présence de Radioactivité a été totalement Oblitérée dans le Rapport Officiel du Sépra dirigé à l'époque par Jean-Jacques Vélasco, qui est accrédité Défense Nationale).

     

    Ovnis & Radioactivité à Brix (50) - 25 et 26 Octobre 1989

     

     

    Photos Source : Génpi - Normandie - France - Ovnis

     

     Complément d'enquête sur l'Incident du "Trou Normand" par le Génpi :

    Mr et Mme Bigot, qui sont les plus proches voisins résidents du "Trou Normand", le samedi 20 janvier 1990 en menant, vers 9 h 30, leurs bêtes pâturer dans le pré où les "Traces Carbonisées & Radioactives" sont toujours présentes, ont entendu une explosion et M. Bigot a vu comme une "Gerbe de Charbon" qui a affolé les vaches, comme cela c'était déjà produit, la veille, avec les bêtes d'un autre voisin.

    Source : Témoignage de Mr. Hébert, qui a vu jaillir, lui aussi, en janvier 1990, à plusieurs reprises, des grandes lueurs bleues s'élevant à une dizaine de mètres de hauteur. EDF n'a constaté aucun dégât sur la ligne à Haute Tension qui passe à environ 70 m des "Traces Carbonisées & Radioactives".

      

     Retour  Tête de Module

    Retour Page d'Accueil

     


  •  

     

    Saint - Victor - L’Abbaye (76) - automne 1971 - à la tombée de la nuit

    Une Soucoupe Volante se dirige vers le Sol

     

    Mme Raillot : « nous revenions de Clères (76), un dimanche après-midi (Alain son fils qui avait 5 ans en 1971, intervient : plus tard que ça, il faisait nuit) plus tard, ah rien n’est moins sûr, enfin le jour commençait à tomber, mais il faisait nuit, je ne suis pas tellement d’accord, il était donc assez tard, et en arrivant près de chez nous, là, enfin sur la route de Clères St - Victor, au-dessus d’un bosquet d’arbres, on a vu quelque chose qui ressemblait à une soucoupe volante, bon ce n’est pas péjoratif, mais vraiment quelque chose qui ressemble à une soucoupe, dont les hublots, on avait l’impression qu’elle tournait sur elle-même, et des hublots s’échappaient des faisceaux lumineux, l’ensemble était vert je m’en souviens, car le vert est ma couleur préférée, alors cela m’a frappée, et mon mari l’a vu aussi, donc on s’est arrêté, nous étions en Simca 1000. Nous l'avons regardé, la notion de temps, je ne me souviens plus très bien, sûrement quelques secondes, hein, on ne l'a pas vu très longtemps, mais très bien vu, on avait l'impression qu'il stationnait sur lui-même et tout d'un coup, heu, il est parti d'une façon oblique et à nos yeux, enfin, il nous a échappé, apparemment, il descendait à l'horizon, et il s'est caché derrière les arbres, on avait l'impression qu'il s'était posé derrière les arbres, pas loin de nous ... (Alain intervient : il est descendu obliquement derrière le bosquet) ... et puis après, nous ne l'avons pas revu, nous avions l'intime conviction qu'il était parti.

    Alain : Alors on revenait de Clères, chez ma grand-mère, on était sur la départementale N° 3, à peu près à six kilomètres de Clères en allant vers Saint Victor, c'est une petite départementale, une route relativement sinueuse, et puis à un moment on arrive à un endroit où il y a de la plaine de chaque côté. A gauche de la plaine sur un bon kilomètre et à droite la plaine et un ou deux bosquets, cela s'étend sur deux ou trois kilomètres après le bosquet, et puis bon, l'heure je ne ma rappelle pas exactement, bon, il faisait nuit, sûrement vers 23 h 30 - o h 00 (selon son souvenir d'enfant), à peu près, et puis mes parents ont vu, heu, ma mère a dit : "Tiens il y a quelque chose de vert là-bas", alors mon père s'est arrêté, et à mille mètre à vol d'oiseau, il y avait un objet, d'une couleur verte très soutenue et très lumineux, qui était en suspension à une trentaine de mètre du sol. On s'est arrêté, et on a pu l'observer, pendant, pendant plusieurs dizaines de secondes, une minute, une minute trente, l'objet était immobile. I l y avait des, bon ça c'est certain, il y avait des hublots des sortes de faisceaux, des lumières vertes, ça semblait tourner sur lui-même. L'objet a bougé, s'est mis à osciller légèrement, s'est levé un peu et a replongé derrière un bosquet où derrière l'horizon, si on mal jugé la distance. Mais ce serait plutôt vers le bosquet et derrière, il y a une plaine et la ferme. Ce serait plutôt derrière la ferme puisqu'il y a un endroit bien plat, voilà après il a disparu.

    M. Raillot (d'après lui entre 18 h 30 / 19 h); a aperçu le phénomène sur sa droite, il s'est arrêté pour mieux l'observer. Il confirme le témoignage de ses proches, mais précise qu'il a vu moins longtemps le phénomène étant donné qu'il conduisait. Il situe le phénomène entre 800 et 1 km de distance et à une hauteur de 400 m environ. La couleur du phénomène : vert émeraude lumineux (Pantone 316u - 371u), 03 Témoins. Source : LDLN N° 289-290.

      

    Civières (27) - 10/03/1972 - vers 21 h 25

    Panne de Véhicule

     

    1972, 10 mars, Civières, hameau d'Aubigny Daniel Laurets (Loretz ?) lieutenant de sapeurs-pompiers, voit à 21 h 25 à travers le pare-brise, à droite dela route, quelque chose qui descend vers le sol et se pose très rapidement. Il freine. Il estime que l'objet se trouve à 200 m de lui. Au moment de l'atterrissage une espèce de boule rouge de faible dimension coiffant l'ovni, s'éteint. A l'avant deux ouvertures de forme elliptique diffusent une pâle lumière en oblique vers le sol qui est éclairé. A l'arrière une lueur rouge peu puissante éclaire le champ labouré. Trente secondes après l'atterrissage les feux s'éteignent et dans la nuit devenue noire, plus rien n'est visible. Il a toutes les peines du monde à faire fonctionner convenablement le moteur de la R6 neuve et qui tousse sur plusieurs centaines de mètres avant de tourner normalement. 01 Témoin. Sources : (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 373, & Scibd).

     

     Les Chaliers - En - Macey (50) - 27(?)/10/1973 - entre 19 h 15 et 19 h 30

    Un Petit Ballon Volant

     

    Entre 19h15 et 19h30, un témoin qui désire garder l’anonymat, sortant de sa maison aperçoit à l’horizon (environ 800m) « une boule jaune pâle »,  puis à 150 - 200 m plus loin en arrière une deuxième et enfin une troisième. Le témoin n’entend aucun bruit et n’a aucune idée de ce que cela peut être. Les boules finissent par disparaître derrière un bois. Ce qui frappe le témoin : la couleur jaune pâle des boules en question : « un petit ballon » s'est-il déclaré. 01 Témoin. Source : Enquête Génpi.

     

    Barneville - Carteret (50) -  02/12/1973 - vers 05 h 30 à 06 h 05

    Un Ovni pris au Filet

     

    Les deux témoins un père et son fils, le père Georges Jean et le fils Noël, avaient tendus des lignes depuis plusieurs jours. En allant les relever ce matin là ils observent une grosse lumière qui se révéle à la hauteur de la plage sur le sable. Pendant leur descente vers le rivage elle ne bouge pas. "Tout d'abord nous avons pensé qu'il s'agissait d'une voiture. Mais une voiture a deux feux et nous n'en percevions qu'un. Nous avons également pensé à des trafiquants et nous n'osions pas descendre sur la plage.". Le père se décide et chacun des deux témoins va vers ses lignes. Le fils voit la lumière en plein dans ses lignes, il la comparera à une fenêtre jaune. Il va vite chercher son père. Il lui a demandé de venir et lui explique que cette lumière était au coeur des filets. Ils vont alors vers elle en braquant leurs lampes devant eux. Cette dernière ne bouge toujours pas. Peu rassurés les deux témoins préfèrent partir pour revenir plus tard. Ils éteignent leurs lampe et remontent jusqu'à leurs mobylettes. Avant de partir Ils voient la lumière jaune se tourner vers eux puis vers les dunes en envoyant un rayon, enfin elle s'éteint. Puis apparait une petite boule bleu vert au-dessus du lieu ou se trouvait l'objet, cette dernière s'envole vers 6 heure 05. Depuis cette vision le père à toujours refusé de revenir sur cette plage. A noter après enquête de J. Vallée il semblerait que des " éléments extérieurs" ont essayé de détourner le cas. En effet, tout d'abord il y a eu vraisemblablement un contact radar à 6 h 10 (se déplaçant du Sud-Ouest au nord-est) au niveau de Carteret. Il y aurait eu aussi un deuxième écho en direction des "passes de l'ouest". Les renseignements furent difficiles à obtenir en raison d'instructions spéciales données aux radaristes. Il semble que non seulement la gendarmerie, mais aussi la sécurité du territoire a enquêté sur les lieux. Le 7 du même mois une tenue complète de plongée sous marine fut retrouvée abandonnée sur une plage non loin du lieu de l'observation. Détail étrange cette dernière possédait un appareil de détection de la radio-activitée. L'ensemble des textes trouvés dessus étant en langue anglaise. Cette nuit là il est à noter qu'un accident se produisit à bord d'un chalutier qui se trouvait sur la trajectoire de départ de l'objet. Son appareil de navigation fut soudainement perturbé du coup le navire se brisa contre des écueils et coula. Enfin un radio amateur constata un trou de propagation important sur les réceptions des émissions provenant d'Angleterre exactement à 6h10. La même nuit, il se produisit donc sur la côte un accident curieux. Le chalutier Archipel qui se trouvait près des brisants d'Urville juste à l'ouest de Cherbourg et sur la trajectoire de l'objet, perdit son chemin, à la suite, semble-t-il, d'une perturbationde son appareil Decca-Navigator. 02 Témoins. Sources :(L.D.L.N), d'une déviation de compas (J.Vallée Collège invisible p. 72). Le bateau heurta les rochers et sombra. (M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 426) & Scribd. OVNI en France.

      

    Saint - Didier - Sous - Ecouves (61) 26/08/1974 - 22 h

    Une Odeur Etrange

     

    Un étudiant M.J.P. Menehy et une amie, se dirigent en voiture vers le lieu-dit et carrefour de la Croix-Madame (altitude 408 m) situé dans la Forêt d'Ecouves remarque que les arbres sont baignés par une lueur jaune, provenant d’un disque rond, jaune et « énorme », fortement impressionnés, ils pensèrent, malgré tout, à la lune (qui était ce jour-là en son premier quartier plus deux jours), ils se garèrent à la Croix-Madame, et continuèrent à pied vers une clairière, et continuèrent leur promenade sur le chemin lorsque, soudain ils aperçurent à une quinzaine de mètres, une lueur apparaissant comme un soleil «  un hémisphère silencieux et immobile » diffusant une lumière diffuse, qui éclairait peu les alentours, et qui cachait deux troncs d’arbres, et paraissait se situer à 2 ou 3 m du sol. Après avoir échangé quelques mots chuchotés « tu vois ce que je vois » … les témoins fortement impressionnés quittèrent rapidement les lieux. M. Menehy connait fort bien les lieux : or jamais il n’avait entendu les chiens des alentours « hurler à la mort » comme ce fut le cas ce soir-là. Le lendemain, revenant sur les lieux, il découvre à proximité de l’endroit où se trouvait « l’hémisphère », un petit cratère ressemblant à un foyer forestier de 1.40 m, ne contenant aucune cendre, l’herbe était brûlée et seule une bûche superficiellement consumée subsistait. Alors que tous les autres foyers forestiers trouvés sur les lieux étaient détrempés par la pluie tombée pendant la nuit, celui-ci fumait encore. Ce foyer, contrairement aux autres, se situait à flanc d’un terrain incliné, et dans un endroit peu accessible, au milieu de fougères. Il flottait sur les lieux une odeur « étrange » ne ressemblant à rien de connu. La moitié d’un arbre donnant sur le foyer paraissait totalement mort avec ses feuilles mortes mais non brûlées. 02 Témoins. Source : LDLN N°149. Enquête : M. P. Lefebvre.

     

    Ségrie - Fontaine - 20/10/1974 - vers 23 h & pendant environ une 1/2 h

    Noël avant l'heure

     

    M. Pawlak se trouvait dans son jardin lorsque son attention fut soudain attirée par une lueur brillante dans le ciel. Il vit alors " comme une grosse boule brillante, peut-être dix fois plus lumineuse qu'une étoile " au-dessus de la maison du grainetier. M. Pawlak se précipita alors dans la maison afin d'appeler sa femme et sa belle-sœur. Mme Pawlak nous a déclaré que son mari paraissait impressionné, " il était blanc, bégayait terriblement, excité, comme quelqu'un qui vient de voir quelque chose d'extraordinaire ". Mme Pawlak et sa sœur suivirent donc M. Pawlak jusque dans le jardin. L'objet s'était lentement déplacé pendant ce temps et poursuivait sa trajectoire très lentement mais probablement prenait-il de l'altitude. L'objet était néanmoins sous le plafond des nuages déjà assez bas, car il paraissait à l'œil nu plus petit que quelques instants auparavant. "L'objet avait la forme d'un carré au plancher arrondi avec une sorte de cheminée au-dessus. Il émettait des bouffées de fumée, plutôt de vapeur, par  intermittence,  mais non régulièrement et ce pendant toute la durée de l'observation ". Ces bouffées de vapeur gris-blanc se produisaient en avant de l'objet, dans le sens de la marche, à la différence par exemple de la fumée d'une locomotive à vapeur qui, logiquement, va dans le sens opposé à la marche de la motrice.  L'objet lui-même était de couleur blanche, brillant.  L'observation a duré environ 1/2 heure environ. " Après quoi l'objet s'est éteint instantanément. Il a reparu quelques instants plus tard à la place même où il s'est éteint, puis s'est éteint définitivement. " Le même jour, environ 3/4 avant, Mme Seguin à environ 1 km 500 a vu le même phénomène, ayant reçu la visite des Gendarmes, elle confirma qu'une panne de courant paralysait le secteur depuis 20 h environ, qu'elle sortit vers 22 h 30 pour s'assurer qu'elle n'était la seule affectée par cette panne, et qu'elle vit " loin, comme une chose, vous savez... des illuminations de Noël, ... un rectangle lumineux avec des lumières rouges et vertes autour..." . Elle appela son mari qui jeta un bref coup d'œil et rentrant chez lui en riant : " oh, c'est encore un OVNI, c'est tout ! ". 05 Témoins. Source : LDLN N° 146, enquête de P. Lefebvre et F. Rostan.

      

    Juaye-Mondaye (14) - Fin 00/10/1974 - 07 h 30

    Une Orange Jaune dans le Ciel

     

    Un jour de la semaine, vers la fin du mois d’octobre. Il fait nuit, il est 07 h 30 et les étoiles sont encore vibles. M. l’Abbé (Père Godefroy Abbé-Moine de l’Abaye de Juaye-Mondaye) sort pour se rendre à l’office du matin à l’église, lorsqu’il aperçoit à l’Ouest et se dirigeant vers l’Est un objet lumineux jaune qui se déplaçait déjà dans le ciel et au-dessus de l’horizon, l’objet avait la taille approximative d’une orange. « C’était comme si une orange se déplaçait dans le ciel ! ». L’objet était muni d’une vitesse extrêmement rapide et il mit à peu près 10 secondes pour traverser le ciel (le témoin réussit à compter jusqu’à 15). Les contours de l’objet étaient relativement nets, et il n’était pas entouré d’un halo ni laissait de trainée. La trajectoire empruntée par l’ovni avait apparamment la forme de la voûte céleste, et il disparut derrière l’horizon Est. Lorsqu’il passa pratiquement à son zénith le témoin ne perçut aucun bruit, du reste l’objet semblait évoluer à une altitude relativement importante. La luminosité de l’objet était du même type que celui des étoiles, mais contrairement à celles-ci ne scintillait pas et était de couleur jaune. Sa forme était celle d’une sphère. 01 Témoin. Source : Enquête Génpi.

     

    Amfréville (14) - 30/10/1974 - 10 h 15

    Engin Volant avec Feux de Position

     

     Une Automobiliste, Mme Louisette C. Commerçante à Merville-Franceville-Plage, se rendait à Caen, lorsqu'en quittant Sallenelles, entre le Manoir du Canard Piquet et le Hameau de l’Écarde, elle aperçoit sur sa droite un Engin lumineux de 5 à 6 m de diamètre, en forme de dôme équipé de feux de position plus sombres, un à chaque extrémité de sa base rectiligne, qui filait dans l’atmosphère. 01 Témoin. Source : Génpi.

     

    Laulne (50) - 05/01/1975 - vers 19 h

    Trace en forme de Fer à Cheval & Triangle au sol

     

    5 janvier 1975, Laulne (50), à " La Dignerie ", Yvon Vildier, 12 ans, sort vers 19 heures dans la cour pour uriner en allumant la lumière extérieure. Il voit alors à 120 m de la maison dans un champ, un engin bizarre : il n'en voit que le dôme percé d'un hublot jaune brillant, le reste étant caché par une haie. Il est frappé de stupeur et quelques secondes après l'objet s'est élevé en tournoyant jusqu'à 100 m de haut à la verticale. Il semblait être composé de 3 ou 4 étages, et il y avait dans la partie supérieure 5 hublots de la grosseur d'un bol. Trois pieds de 50 cm de haut semblaient être reliés au centre de la base pour former une assise et sont rentrés dans l'engin lors du départ. Il estime la grandeur à 15 m sur 3 m, de forme ovale. Sans les pieds la hauteur pouvait être de 4 m. Il est parti sur la gauche à grande vitesse. Durée de l'observation: 30 secondes. L'enfant est rentré commotionné, ne pouvant dire un mot tellement il a eu peur. Traces en forme de " U " et trois trous en Triangle au sol avec analyses effectuées. 01 Témoin Direct & plusieurs Indirects : Source : LDLN N°1 46 p. 6 à 10.

     

     Nagel - Séez - Mesnil (27) - 12/02/1975 - 19 h 25 / 20 h

    Refus de Contact d'une Noosphère

     

    Observation, dans l’Eure, le 12 Février 1975, dont voici le récit : (Observation parue en octobre 1976 dans le n° 158 de Lumières Dans La Nuit - LDLN)

     « J’ai observé, pour la première fois, un OVNI le mercredi 12 février 1975, vers 19h25 en compagnie d’un jeune homme de ma commune qui avait eu la présence d’esprit de me prévenir, connaissant mon intérêt pour ce sujet.

     Sur le vaste terrain d’aviation, désaffecté, de Nagel-Séez-Mesnil, situé au sud-est de Conches en Ouche, dans l’Eure, une boule lumineuse évoluait depuis plus d'une demi-heure au-dessus des arbres et buissons du terrain.

     Le jeune homme et moi sommes approchés de l’engin, très discrètement, à environ 200 à 300 mètres. Il faisait nuit mais le temps était clair. La boule parcourait la piste en tous sens et très lentement, comme si elle observait ou sondait le terrain, à une hauteur variant de 10 à 20 mètres mais sans jamais se poser.

     Vers 19h30, après cinq minutes d’observation qui nous parurent interminables, et suite à l’essai de mise en marche de la mobylette du jeune homme, malgré une prudente opposition de ma part, la boule parut se diriger précipitamment vers nous, ou tout au moins, prit-elle une grosseur plus considérable et aussi plus inquiétante. Etant abonné depuis trois ans à la revue « Lumières dans la Nuit », j’avais retenu dans un des articles qu’un champ magnétique électrique provoqué par une dynamo pouvait interférer sur un ovni situé relativement près. Ce fut sans doute le cas. C’est à ce moment que j’ai pu apprécier l’aspect physique de la boule.

     Elle semblait avoir un diamètre d’environ 50 à 60 cm. Elle était d’une couleur orange, très lumineuse, sans pourtant éclairer le terrain.

    Nous effectuâmes un mouvement de repli, en laissant la mobylette sur place, car nous n’étions pas très rassurés. Puis le jeune homme me quitta pour aller chercher, à pied, des jumelles ou un appareil photo. Je pensais, également, que la peur commençait à faire son effet sur lui, n’étant absolument pas préparé à la réalité du phénomène.

     C’est alors que vers 19h40, une automobile, tous phares allumés, venant d’un chemin vicinal traversant le terrain, se dirigea dans la direction de la boule. Je me cachais derrière des buissons afin de n’être pas repéré de l’automobiliste et pouvoir regarder ce qui allait se passer. J’ai alors observé, avec une certaine stupéfaction, qu’au moment où le faisceau des phares de la voiture allait se trouver dans le champ de la boule, celle-ci se déplaça très rapidement, vers la gauche, d’une cinquantaine de mètres environ, sans doute pour ne pas être repérée.

     Je compris à cet instant, avec stupeur, que cet ovni était bel et bien doué d’une forme d’intelligence… Je commençais à être un peu inquiet à mon tour.

    La voiture ne marqua pas de ralentissement, ou de temps d’arrêt, et disparu à l’extrémité du terrain d’aviation. La boule, quand à elle, continua à évoluer quelques minutes, toujours sur la gauche puis disparu au loin, à son tour.

     Alors que je revenais sur mes pas, en direction de mon domicile, et après avoir parcouru environ 300 mètres, je me retournais et m’aperçus, à nouveau stupéfait, que la boule était revenue pratiquement…. à son point de départ….

     Je décidais de rentrer chez moi, rapidement, pour prendre mes jumelles et revenir sur les lieux avec ma voiture. A mon retour, vers 20h00 et après plus d‘une demi-heure, resté sur place à observer la nuit noire, la boule avait totalement et définitivement disparu. ». 02 Témoins. Sources : LDLN n°158. Grépi page 79 .

     [Extrait du Catalogue Ufo - Génpi des Rencontres Rapprochées Ufologiques en Normandie]

     

     Merville - Franceville - Plage (14) - 10/01/1976 - 22 / 23 h

    Volonté de Contact d'un Ovni

     

    L. P. X. ou le Lien Psychique avec le Phénomène Ovni

     

     http://ufo-genpi-news.eklablog.com/33-l-intelligence-alien-a131010362

     

    In Shaa Allah !

     Beaucoup d'ufologues comme les partisans de la Théorie des " Systèmes de Contrôle " pensent, encore, que " l'initiative " ne peut venir que des Ovnis eux-mêmes, et que nous ne pouvons prétendre à rien d'autre que d'être "comptables" de leurs agissements, en tant que simples observateurs ou spectateurs face à la formidable intelligence qui selon eux les contrôle !

    Cependant, ce Renoncement et ce "Fatalisme à l'Orientale" ne sont pas partagés pas tous, d'autant, que la Typologie des Rencontres Rapprochées avec ces Phénomènes révèle des comportements, bien distincts dans leurs agissements, comme le refus du contact ou à contrario la volonté affichée d'échanger avec les Témoins.

    Forts de ce Constat certains " Expérimentateurs Ufologues " ont cherché depuis toujours à communiquer avec cette " Supposée Intelligence Extraterrestre "... (Cf. Histoire de l'Ufologie Française . Thibaut Canuti. Éditions le Temps Présent 2011).

     

    L. P. X. (Le Phénomène X)

     Ces Initiatives ont connu une certaine notoriété dans les années 1970 avec des recherches menées par des passionnés (Pierre Viéroudy, Frédérique Sagnes, le Groupe G.A.B.R.I.E.L., etc.) qui ont expérimenté divers "protocoles" de communication afin d'établir le contact avec  cette " Intelligence ", supposée diriger le phénomène des Ovnis et qu'ils nommaient à cette époque :  " Le Phénomène X " ou " L. P. X. "

    Et ce qui surprend, encore aujourd'hui, ce ne sont pas les résultats de ces expériences - dans l'ensemble plutôt couronnées de succès - mais, c'est surtout la nature de ces résultats eux-mêmes !

    En effet les résultats obtenus ne variaient pas des modèles connus des apparitions ufologiques classiques.

    Une question s'imposa alors : Quelle véritable signification fallait-il donner à ces manifestations ?

    Cette remise en question a représenté pour  quelques-uns une opportunité, celle d'envisager que certaines apparitions du Type Ufologique ou Para - Ufologique ou MOC (Mystérieux Objets Célestes)  servaient en réalité de supports d'expressions, imagés, animés, et scénarisés par  cette " Intelligence ", pour communiquer.

     

    Le Langage des Signes

      La logique de l'échange et du partage est universelle, pour mieux s'entendre et bien se comprendre il est utile et préférable de parler le même langage, et lorsque ce langage commun fait défaut on commence par se Faire des Signes !

    Ce langage Universel des Signes ou des Symboles s'impose naturellement lorsque des étrangers se rencontrent pour la première fois, il serait donc logique de les retrouver lors des premiers contacts et des Rencontres Rapprochées entre des Visiteurs supposés Aliens et des Hôtes Terrestres.

    Pour le vérifier et l'illustrer, voici le compte-rendu d'une, de ces tentatives de Communication par Signes offerte par ces « explorateurs de Terra Incognita » et intrépides Ufologues des années 1970.

     

    Le Rendez-Vous !

    Merville-Franceville-Plage, Calvados, 10 janvier 1976, entre 22h00 et 23h00.

    Les Témoins : Mr. Masseron et un couple d'émigrés espagnols, Mr et Mme Zamora. 

    [Les Témoins de cette RR3 n'appartenaient pas aux groupes ufologiques des années 1970, et ont été mêlés et impliqués « par hasard », et à leur insu, à l'une de leurs expériences, se trouvant, tout simplement, au mauvais moment et au mauvais endroit, c'est à dire à la date et au lieu du " Rendez-Vous ", précis et prévus, pour la réponse expérimentale attendue par ces ufologues !]

    [Cf. « RR3 Rencontres du Troisième Type en France » de Julien Gonzalez. Collection : Énigma. Éditions Le temps Présent. 2014. Lumières dans la nuit, n° 175, pages 20-21 (enquête de M. Guillaume Chevallier) ; Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon, OVNI : le premier dossier complet des rencontres rapprochées en France, pages 599 et 601.]

    http://ufo-genpi-news.eklablog.com/33-l-intelligence-alien-a131010362

     

    10 janvier 1976, Merville - Franceville - Plage (14) Entre 22 et 23 heures M. Masseron dort seul dans sa caravane lorsqu'il est réveillé par des coups donnés contre la paroi et des sortes de grattements, puis le véhicule se trouve secoué. Croyant à de mauvais plaisantins Masseron regarde par la fenêtre et là, il voit à quelques dizaines de mètres, un objet lumineux ayant la forme d'un œuf, sur ou très près du sol. Cet objet d’abord stationnaire et animé de mouvement circulaire évoquant celui d’une toupie, se déplace ensuite sur une trajectoire en spirale en émettant une stridulation qui augmente au fur de son éloignement. Voulant en savoir plus Masseron sort. Il entend maintenant une sorte de message comparable à celui reçu par talkie-walkie avec le grésillement caractéristique. Il ne comprend pas le message mais entend une voix qui dit: "...L.P.X... L.P.X... L.P.X". Sur la gauche quelque chose remue et attire son attention. C'est la silhouette noire d'un homme de taille moyenne qui traverse le chemin en courant. Cet humanoïde avance en crabe : l'axe de son corps orienté sur la prolongation de sa jambe droite. Il passe entre la clôture et une caravane inoccupée. A côté de cette dernière dans une autre caravane se trouve la famille Zamora qui dort. Mme Zamora est réveillée par des voix :"qu'est-ce que je fais ? " "tu fais comme moi". Elle finit par ouvrir la fenêtre et entend un message identique à celui reçu par Masseron. Elle réveille son Mari qui entend aussi les émissions sonores mais n’a pas le temps de voir le Phénomène Lumineux aperçu par Mme Zamora qu’elle décrira comme un cercle vert et rouge tourbillonnant rapidement sur lui-même et qui s’envola en empruntant une trajectoire en Spirale. Traces curieuses de pas en forme de cylindre. 03 Témoins. Sources : Enquête Génpi réalisée sur place dans l’heure suivant les faits. M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, Premier dossier complet..." éd. Alain Lefeuvre 1979, p.600, 601. 

     

    Amfréville 27/02/1978 - vers 00 h 45 

    L'Intuition Ufologique

     

    Venant de Caen, Mme Maryline regagnait son Domicile de Merville - Franceville - Plage en voiture, à une heure habituelle pour elle, arrivée à la hauteur du hameau de Longueville elle aperçu sur la Plaine de Ranville un Sphère Lumineuse de Couleur Rouge, positionnée devant la haie délimitant un verger situé dans la Plaine de Ranville à l'orée de la commune d'Anfréville. Cette Sphère avait 05 m de diamètre et était animée d'un mouvement ascendant & descendant à 03 m du sol environ. Parvenue au niveau de la Carrière de l'Ecarde, sa petite chienne Yorkshire "Wouina", ce qui était inhabituel et inquiéta doublement Mme Maryline qui préféra continuer sa route sans s'arrêter, d'autant qu'elle eu, depuis son départ de Caen, le fort pressentiment qu'elle observerait, à nouveau, un Ovni sur son trajet de retour à son Domicile, comme cela lui est déjà arrivé par le passé.  01 Témoin Source : Enquête du Génpi

     

    Merville - Franceville - Plage 02/08/1979 - 17 h 20 

    Vol en Feuille Morte

     

     M. Thierry & Mme Françoise Nogent revenaient de la Plage de Houlgate, au Campine de la Baie, à la sortie Ouest de Merville-Franceville-Plage, situé à côté du Camping de Carolus, depuis la réception du camping, ils virent, en compagnie de sa Propriétaire,   en direction Sud au-dessus de l’ancienne décharge de Merville, située, sur le chemin des Banques, à 500 m, l'évolution d'un objet en forme de disque lenticulaire blanc brillant voler silencieusement comme les feuilles mortes, en virevoltant rapidement dans les airs et des nuages où il entrait par moment, avant de disparaître en montant dans le ciel en diagonale vers l’Est. La taille du disque a été estimé à 6 à 8 m de diamètre. 03 Témoins. Source : Enquête du Génpi.

     

    Bretteville-sur-Laize (14) - 12/08/1979 - 22 h 30 / 23 h

    Un Crash Non-Identifié

     

    Mme Baudet, de la Criquetière à Bretteville-sur-Laize, j’étais dans la salle à manger quand mon petit-fils affolé m’a appelé dans la cuisine : « Viens vite voir mamy ! ». Je vais à la fenêtre de ma cuisine et je vois une boule rouge dans le ciel qui s’en allait vers la droite en tourbillonnant et en « s’émiettant ». Elle allait vers Gouvix.

    Mr. Baudet : « Elle était grosse comme la pleine lune. En s’en allant, elle laissait derrière elle une grosse fumée noire. Mais j’avais ouvert ma fenêtre, je n’ai perçu aucun bruit ni senti la moindre odeur. Cela s’est passé très rapidement environ 05 secondes. Elle se déplaçait en donnant l’impression qu’elle descendait en zig-ziag mais on peut dire qu’elle allait en ligne droite. Un moment après, j’ai revu exactement le même phénomène dans les mêmes conditions. »

    Un autre jour, Mme Lecordier a vu cela de son lit et s’est levée pour appeler la police croyant que c’était un avion qui allait s’écraser. La Gendarmerie a enquêté.

    Mr. Domme, le Mardi ou le Mercredi suivant, a vu de nuit et depuis son lit, a vu des petites boules rouges qui s’éteignaient d’un seul coup en direction du C.E.S. Plusieurs Témoins. Source : Chantale Jeanne. - Enquêtrice pour le Génpi.

     

     Retour  Tête de Module

    Retour Page d'Accueil

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique